Gestion de travaux dans les lieux de soins

Le but est d'éviter les contaminations et infections provoquées par les travaux : est à considérer comme travaux, toute activité sensée remuer de la poussière (inclus le démontage des faux plafonds, scier du bois, percer). L'interaction directe entre le personnel médico-soignant et celui du chantier, (surtout le chef du chantier), est indispensable pour minimiser le risque infectieux lié aux travaux à l'hôpital. Les patients à risque d'infections opportunistes doivent être absolument protégés des germes contenus dans la poussière (surtout Aspergillus sp.) pour éviter des aspergilloses pulmonaires invasives dont le taux de mortalité est de 70 à 100 % pour ces patients

Patient à risque

  • En agranulocytose (neutrophiles au-dessous de 0.5 G/l)
  • Sous corticothérapie à haute dose (prednisone > 0.5 mg/kg ou équivalent pour plus de 2 semaines) 
  • Sous médicaments fortement immunosuppresseurs (greffes, chimiothérapie)
  • Avec une forte diminution de l'immunité (selon le médecin en charge du patient) pour d'autres raisons 

 Directives pour le professionnel médical et de santé

  • Négocier avec le chef du chantier les trajets d'accès des ouvriers, du matériel, ainsi que les plages horaires compatibles avec les activités de soins 
  • Retirer tout matériel de soins (dispositifs médicaux) et médicaments des zones de travaux
  • Limiter les déplacements des patients à risque ; en cas de déplacement : port d'un masque ultrafiltrant (type FFP2), prévoir le trajet qui minimise les risques pour le patient. Informer les transporteurs du trajet 
  • Adapter certaines activités de soins 
  • Déplacer les patients à haut risque dans une zone protégée (hors travaux) et selon une évaluation de la situation par le médecin chef ou/et l'IRUS pendant toute la période des travaux où l'émission de poussière est inévitable (démolition d'un mur, faux plafonds quand démontés près des chambres, etc.) 
  • Renforcer l'application des mesures de bases selon Vigigerme® (pictogrammes) auprès du personnel des travaux

* L'IRUS ou le médecin responsable de l'unité signale directement les dysfonctionnements au chef du chantier (numéro de tél. affiché au chantier) ou si urgence directement à un opérateur présent sur le chantier, puis au chef de chantier par tout membre du personnel médico-soignant habilité à cette action, mais devant en référer à l'IRUS ou au médecin responsable. Si les problèmes persistent, contacter le référent PCI du secteur concerné (numéro de tél. voir annuaire, secrétariat : 29 828)

 Directives pour l'intervenant de construction

Le chef de chantier/responsable des travaux est responsable de leur bon déroulement. Il fait appliquer les mesures décrites dans la directive Hygiène et mesures de protection lors de travaux en mileu hospitalier HUG

Il est responsable de :

  • Informer le plus tôt possible l'IRUS (ou les cadres médico-soignants) avant le début des travaux, des conditions et du déroulement de ces derniers 
  • Mettre à disposition ses coordonnées sur le panneau de chantier 
  • Demander le nettoyage renforcé des locaux par le Service Propreté et Hygiène ou par une entreprise extérieure 
  • S'assurer en collaboration avec les cadres responsables (IRUS ou médecin responsable) que :
    • Les protections sont efficaces, que le matériel de soins laissé sur place est protégé et que le matériel devant être retiré l'est effectivement 
    • Les trajets d'accès des ouvriers, du matériel et des déchets sont accessibles et s'effectuent à des périodes qui conviennent au personnel médico-soignant 
    • Les différents corps de métiers, en particulier les transporteurs, devant emprunter le trajet où se trouvent des travaux, sont informés lors du transport de patients à risque

VigiGerme®